Vinci Autoroutes

Dessin passage

Et si l'autouroute A10 ouvrait le(s) passage(s) urbain(s) ?

Les périphéries et les traversées urbaines concentrent les trafics routiers et autoroutiers les plus importants. C’est également là que l’enjeu de l’insertion urbaine de l’infrastructure et des aménagements favorisant les usages partagés et collectifs de l’autoroute est le plus fort. Conscient du rôle multimodal que peuvent jouer aujourd’hui les autoroutes urbaines et de leur fonction de catalyseur dans des projets urbains, VINCI Autoroutes met son expérience et son savoir-faire au service des projets des grandes agglomérations.

VINCI Autoroutes conçoit, construit, finance et exploite 4 386 km d’autoroutes dans le cadre de concessions longues en France, et accueille chaque jour plus de 2 millions de clients sur les réseaux de ses quatre sociétés concessionnaires : ASF, Cofiroute, Escota et Arcour. Il exploite notamment l’autoroute A10 où circulent des autocars express (toutes les 2 minutes à l’heure de pointe) et où est exploitée la première gare autoroutière d’Europe, à Briis-sous-Forges en Ile-de-France. VINCI Autoroutes exploite également des voies express en Californie, ainsi que des systèmes et ouvrages en Allemagne et au Royaume-Uni.

Totalement engagé pour la pleine et bonne exécution des missions de service public que lui délègue l’État dans le cadre des contrats de concession, VINCI Autoroutes mobilise l’ensemble de ses collaborateurs dans une dynamique permanente d’amélioration du service au client.

Partenaire, dans la durée, de l’Etat concédant et des collectivités locales, VINCI Autoroutes est au service des politiques d’aménagement des territoires et vise à satisfaire les besoins de mobilité des habitants.

C’est notamment le cas dans l’agglomération de Tours, où VINCI Autoroutes est partenaire des collectivités pour conduire des réflexions prospectives sur l’intégration et l’usage de l’autoroute A10 en ville. Un premier programme de travail a été conduit en partenariat avec l’Agence d’urbanisme en 2013. Il a mobilisé à la fois des compétences de paysagistes, architectes, urbanistes et anthropologues pour porter un nouveau regard sur l’infrastructure et identifier les enjeux d’un dialogue renforcé entre l’autoroute et la ville.

Plusieurs pistes de travail ont émergé : usage renforcé de l’infrastructure par des mobilités partagées, utilisation de l’infrastructure comme support de la découverte des paysages à toutes les échelles, amélioration des franchissements de l’autoroute (dessus et dessous) autour de nouveaux lieux de projets urbains.

Le programme Passages, coordonné par l’Institut de la Ville en Mouvement, permet de donner un rayonnement international aux réflexions conduites à dans l’agglomération de Tours. Il permet également de mobiliser des experts internationaux et de continuer à croiser et décaler le regard en s’enrichissant des expériences conduites sur ces mêmes thématiques dans d’autres territoires métropolitains. Le principe d’action « small move big impact » correspond à une envie partagée d’engagement dans l’agglomération de Tours.